Théâtre Marigny

Flux RSS du théâtre Marigny Envoyer à un ami
Réserver
théâtre   salle Popesco
Dernières !

L’Amant

du 10 septembre 2010 au 18 décembre 2010

du mardi au samedi à 21h

vidéos

présentation

Une villa entourée d’un jardin près de Windsor. A une heure de Londres. Depuis des années, elle reçoit la visite de Max. Depuis trop longtemps Richard assiste à cet adultère. De ce trio naît une valse des sentiments... mais qui mène la danse ?

 



Découvrez Léa Drucker dans "L’Amant" de Harold Pinter au Théâtre Marigny sur Culturebox !

synopsis

Harold Pinter, prix Nobel de littérature en 2005, a écrit en 1962 une pièce ambiguë : L’Amant. Cette pièce à l’humour abrasif met en scène Richard et Sarah, couple heureux en mariage. Seulement, certains après-midis, Sarah reçoit Max, son amant, pour quelques troubles interludes. Richard le sait et s’en accommode. Qui est cet amant si peu dérangeant ? A quels jeux pervertis jouent donc Richard et Sarah ?

Une scène d’un blanc clinique. L’appartement de Richard et Sarah, couple idyllique marié depuis dix ans. Tous les matins, le même rituel : Sarah réveille tendrement Richard, le couple déjeune devant la télévision, puis Sarah aide Richard à s’habiller. Ils dansent sur « Can’t take my eyes off of you » tout en se préparant, sans se départir d’un sourire trop marqué pour être sincère. L’on pourrait se croire dans une comédie musicale de Stanley Donen (surtout lorsque Richard, se saisissant de son parapluie, effectue un rapide jeu de jambes, clin d’œil au héros de Singing in the rain). Mais la chanson déraille car elle est chantée a cappella par un étrange personnage au xylophone, planqué parmi le public. La voix ironique de ce bouffon, réjouissante et grotesque, donne le ton : ce sera cynique et drôle ou ça ne sera pas.
Puis l’obscurité se fait et l’amant « vient ». Le personnage grinçant chante faux et fort « Come on baby light my fire » avec des incursions dans le bestial, à l’instar de Screamin’ Jay Hawkins. Les après-midis illégitimes se succèdent jusqu’à ce que Richard n’en puisse plus. Le soir, la gêne s’installe. Les lustres vacillent et viennent éclairer par intermittences des visages qui se cachent. Des rires factices de crécelle raillent l’air. Quelque chose éclate.
Alors, le jeu amoureux des masques s’installe. Le champ est prêt à la bataille des corps.
Théâtre de la cruauté amoureuse.

Cette cruauté dans le jeu amoureux n’est pas sans rappeler le maître en la matièreLeopold Von Sacher Masoch et sa Vénus à la fourrure. Aussi distingués et cruels, les jeux de L’Amant sont servis par une mise en scène à l’esthétique glacée. Des escarpins rouge sang, des pétales de rose incarnats émaillent un décor d’un blanc virginal, épuré, laissant toute latitude à l’expression des corps. Là, c’est Sarah qui fait un strip-tease en déshabillé rouge et perruque noire, ici, c’est Richard qui traque Sarah…qui devient alors bête effarouchée.
Les jeux d’ombres projetées rappellent, selon leur taille, qui domine, de Richard ou de Sarah, de l’amant ou de la maîtresse.
L’humour est guindé, grinçant, hilarant. Les mises en abyme, absurdes, très « humourbritish », apportent des touches de légèreté à un scénario qui jamais ne tombe dans le mélodrame mais sait conserver une mise à distance suffisante pour que le spectateur prenne son pied…sans complexes.

distribution

Une pièce d’Harold Pinter
Mise en scène Didier Long
Traduction
Gérard Watkins 
Collaboration artistiqu
e Anne Rotenberg
Décor
s Jean-Michel Adam
Costumes
Jean-Daniel Vuillermoz 
Lumières
Laurent Béal
Musiques
François Peyrony

Comédiens
Léa Drucker & Pierre Cassignard & Jeoffrey Bourdenet
 

 

récompenses

Focus sur Gérard Watkins

Gérard Watkins est né à Londres en 1965. Il passe une partie de son enfance en Scandinavie, et aux Etats-Unis, et s’installe en France en 1973.
Il écrit sa première pièce en un acte en 1980, qu’il met en scène au Lycée International de St-Germain en Laye.
Il écrit également les paroles et musique de son groupe, « Western Eyes », dans lequel il chante et joue de la guitare jusqu’en 1988. En Classe Libre, au cours Florent, il écrit Scorches, qu’il met en scène avec une quinzaine d’acteurs. Il entre au C.N.S.A.D, ou il écrit Barcelone, tout en suivant des cours avec Viviane Theophilides, Michel BOUQUET, Pierre VIAL, et Gerard DESARTHE.
Il joue ensuite comme acteur dans une trentaine de productions, avec Véronique BELLEGARDE, Jean-Claude BUCHARD, Elizabeth CHAILLOUX, Michel DIDYM, André ENGEL, Marc FRANCOIS, Daniel JEANNETEAU, Philipe LANTON, Jean-Louis MARTINELLI, Lars NOREN, Claude REGY, Bernard SOBEL, et Jean-Pierre VINCENT. Il joue au cinéma avec des réalisateurs comme Julie Lopes CURVAL, Sébastien LIFSHITZ, Jean-Marc MOUTOUT, Pierre MOREL, Jérome SALLE, Yann SAMUEL, Julian SCHNABEL, Hugo SANTIAGO, et Peter WATKINS.
Il met en scène tous ses textes, La Capitale Secrète, Suivez-Moi, Dans la Forêt Lointaine, Icône, La Tour, dans des espaces différents, allant du théâtre l’Echangeur et le Colombier à Bagnolet, au Théâtre Gérard Philipe de St-Denis, Théâtre de Gennevilliers, et la Ferme du Buisson, en passant par la piscine municipale de St-Ouen. Depuis 1994, il dirige sa compagnie, le Perdita Ensemble, qui réunit acteurs et actrices, (Anne Alvaro, Gaël Baron, Odja Llorca, Anne Lise Heimburger, Antoine Matthieu, Fabien Orcier, Nathalie Kousnetzoff, etc.) scénographe, (Michel Gueldry), éclairagiste (Christian Pineau), créatrice son (Diane Lapalus) dramaturge (Sophie Courade), et administratice (Silvia Mamanno).
Il est lauréat de la fondation Beaumarchais, du Centre National du Livre, et de la Villa Medicis Hors-les-Murs, pour un projet sur l’Europe. Il a obtenu cinq aides à la création de la DMDTS/CNT.
Il a également traduit Martin Crimp, Jean Small, Felix Okolo, Mark Ravenhill et Harold Pinter.
Identité, son dernier texte, a été créé en avril 2009 à la Comète 347 et est repris la saison prochaine au théâtre la Bastille, au CDN de Besançon, à la MC2 Grenoble, au Théâtre Garonne, au théâtre Les ateliers à Lyon, au Panta théâtre à Caen et à Bienne, en Suisse.
Il est lauréat du Grand Prix de la littérature dramatique 2010

Partager

tarifs

45€/35€/25€
(hors frais de location)

30€/25€/18€
Promotion jusqu’au 18 décembre.

Ne jetez pas votre billet, il vaut 10€!
Sur présentation de votre billet, vous bénéficiez d’une réduction de 10€ sur l’achat d’un billet plein tarif pour les prochains spectacles aux Théâtres Marigny, de la Madeleine, de l’Atelier et  de la Pépinière. Voir conditions rubrique Espace Spectateurs

collectivités

Service Groupes
à partir de 10 personnes

Contact mail : Mélanie Cousin
01 53 96 70 10

billetterie

0 892 222 333
(0.34€ /mn)

informations
Contact > Mélanie Cousin

fnac
0 892 68 36 22
(0.34€ /mn)

commander sur
www.fnac.com

agences & points de vente habituels
RésaThéâtre
0 892 707 705
(0.34€ /mn)

 

afficher l’image de fond